• facebook-square
  • Twitter Square

Tête de lecture : Serge Roué / Spécial Hervé Guibert – lundi 23 novembre 2015 à 20h  

 

Directeur du Marathon des mots à Toulouse, programmateur de festivals littéraires en France et à l’étranger, Serge Roué est le concepteur de nombreux spectacles littéraires autour de Modiano, Duras, Sagan, Simenon, Perec ou Mauriac. A l’origine de plusieurs projets autour d’Hervé Guibert, il a produit en 2005 les manifestations liées au 50e anniversaire de sa naissance et collaboré avec le journaliste Vincent Josse au coffret sonore « Hervé Guibert, l’écrivain-photographe » (Editions Naïve / Radio France), Grand Prix de l’Académie Charles Cros 2009.

 

Concept de la soirée : chaque spectateur peut apporter 1 à 2 page(s) de littérature lui tenant à coeur. Il reçoit alors un billet de tombola. S’il est tiré au sort, le texte apporté est lu au débotté par le comédien Yves Heck, créateur du concept.

 

La Loge, 77 rue de Charonne, Paris 11e.

 

Vous pouvez réserver par téléphone au 01 40 09 70 40 ou en ligne sur http://www.lalogeparis.fr/reservation.php?event_id=1058

 

Voir aussi : www.facebook.com/Tdelecture/

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

En relisant Hervé Guibert

 

Avec ce cycle « Hervé Guibert, portraits » déclinés sur l’ensemble de la saison 2015-2016, le Marathon des mots achève son exploration de l’œuvre d’Hervé Guibert.

 

Lors du Marathon d'automne 2015, trois rendez-vous sont proposés les 2, 4 et 5 décembre :

 

Fragments pour H. : lectures par Dominique Pinon et Sébastien Pouderoux de la Comédie-Française | En partenariat avec la Fondation La Poste

 

En 1977, Hervé Guibert publie, à 21 ans, son premier texte La mort propagande aux éditions Régine Deforges. Ce livre suscite l’intérêt de Roland Barthes et de Michel Foucault, tous deux professeurs au Collège de France, auxquels il se lie rapidement. La publication de l’Album Barthes (Le Seuil) permet aujourd’hui de découvrir la correspondance inédite entre Barthes et Guibert. Chacun de ces textes éclaire leurs affinités, dessine un moment de la France intellectuelle des années 70-80 et marque la singularité de ce trio éminemment talentueux.

 

> mercredi 2 décembre 2015 à 16h00, à la Médiathèque Cabanis à Toulouse, Entrée gratuite - dans la limite des places disponibles

 

Zouc par Zouc, l’entretien avec Hervé Guibert : lecture par Judith Henry et Guillaume Poix (artiste associé / Saison 2015-2016). Texte réédité en 2006 dans la collection L'Arbalète / Gallimard.

 

Hervé a vingt-deux ans, elle à peine plus. Ils éprouvent l'un pour l'autre une attirance et une fascination très fortes qui conduisent Zouc - jeune humoriste - à autoriser Hervé - pas encore Guibert - à fouiller avec délectation dans son histoire. Paru dans un livre illustré à la rentrée 1978, ce texte était devenu introuvable. 

 

> vendredi 4 décembre 2015 à 16h00, Salle du Sénéchal, 17 rue de Rémusat à Toulouse Entrée gratuite - dans la limite des places disponibles

 

 

Hervé Guibert, les années « L’autre journal » : rencontre avec Thomas Simonnet, Christine Guibert et Mathieu Lindon 

 

Ce livre rassemble l'intégralité des articles, entretiens et photos d'Hervé Guibert publiés dans L'autre Journal – sa dernière aventure journalistique, après dix ans au Monde. Fondé par Michel Butel en 1984, hebdomadaire de 1985 à 1986, L'autre Journal se voulait selon son directeur « un journal sans journalistes », fait « avec des très proches, pour l'essentiel des artistes et des écrivains ». Un journal mythique aujourd'hui. Capable d'interviewer n'importe qui – grands écrivains, photographes légendaires, enfants, anonymes – Hervé Guibert livre, à un rythme soutenu, des articles d'une liberté inouïe, où transparaissent ses passions et ses obsessions. Ses portraits photographiques, légendés à la main, de Henri Cartier-Bresson, Isabelle Adjani, Orson Welles, ou de lui-même, forment un journal dans le journal. Il invitera aussi ses amis Mathieu Lindon, Claire Devarrieux, Eugène Savitzkaya, Bernard Faucon à se joindre à cette folle entreprise à laquelle il offrira des textes précieux qu'il avait reçus de Foucault et de Barthes. 

 

> samedi 5 décembre 2015 à 16h30, à la librairie Ombres Blanches, rue Mirepoix à Toulouse Entrée gratuite - dans la limite des places disponibles

 

 

http://www.lemarathondesmots.com/evenements/herve-guibert-automne2015

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Colloque International 10 et 11 décembre 2015 : Les chambres à soi de Hérvé Guibert : photobiographies de l'intime

 

organisé par Nadia Setti (Université Paris 8) et Fabio Libasci (Université de Vérone, Université Paris 8)

B 106 Université Paris 8, 2 rue de la liberté 93520 Saint-Denis

 

LEGS laboratoire études de genre te de sexualité Paris 8-Paris 10 CNRS équipe littérature et histoire ED Pratiques et théories du sens, Paris 8

 

Programme

 

10 décembre 2015

 

9h30 Accueil des participants

 

Première chambre : Imageries scripturales

 

10 h Alessandro Badin (littérature, Saint-Etienne) : « À la recherche d'une identité photo-scripturale La piqure d'amour et La machoire de harski (1977) »

 

10h30 Jean-Pierre Boulé (littérature française contemporaine, Nottingham Trent University) et Arnaud Genon (lettres et philosophie, école européenne, Karlsruhe) et  « Les situations photographiques de Suzanne et Louise : montrer l’intime »

 

discussion

pause

 

11h 30 Louis-Daniel Godin (université du Québec, Montréal) De chair, d’images et de textes; un fantasme singulier dans l’œuvre d’Hervé Guibert.

 

12h Irene Biolchini (Malte) Miquel Barceló e Herve Guibert. Portrait, auto-représentation et autofiction (en anglais)

 

12h30 discussion

pause déjeuner

 

Deuxième chambre : Échange d'adresses, d'une écriture à l'autre

 

14h30 Philippe Mezescaze (écrivain) :  récits d'une aventure capitale ...

 

15h  Nadia Setti (littérature, genre, Paris 8) : « L'écriture à même le corps : jouissance et deuil »

 

Pause

 

16h Anne-Cecile Guibard (université Poitiers) : Teratologie et récit de la dissimulation

 

16h30  Stefano Genetti ( littérature française,  Université de Vérone) : Effet(s) Guibert : spectrographie des années Sida

 

17 h Mathieu Simonet (écrivain) :  Mes amis nus

 

discussion

 

conclusions première journée

 

11 décembre 2015

 

Troisième chambre : Aux Amis

 

9h 30 Fabio Libasci  (littérature, Université de Vérone et Paris 8) : Guibert, Barthes, Foucault : le maître et l'ami entre romanesque et réel

 

10h Daniele Lorenzini (philosophie, Paris Est Créteil) : L'amitié comme mode de vie Hervé Guibert Michel Foucault

 

10h30 Milène Tournier (Paris 3) : Le « ou » d'Hervé Guibert

 

Discussion

 

11h30 Mladen Milkic, (Université Paris 4) : Le corps en évolution face à sa dénaturalisation

 

Pause déjeuner

 

Quatrième chambre : esthétiques de l'intime

 

14 h Stefano Castelli (Milan)  : Pour une politique de l'esthétique : Hervé Guibert et l'art contemporain

 

14h30  Lilian Ehrhart (Université de Princeton) : Instabilité du texte, instabilité du matériel : les figures de cire du Musée Grevin dans les ouvres de jeunesse de Hervé Guibert

 

15hArthur Dreyfus (écrivain) : Les images nous regardent-elles ?

 

16h Discussion finale et conclusions du colloque

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vient de paraître : Hervé Guibert, l'écriture photographique ou le miroir de soi, Jean-Pierre Boulé / Arnaud Genon, Presses Universitaires de Lyon, coll. Autofictions, etc, 2015.
 

Cette étude est la première consacrée à l’œuvre d’Hervé Guibert qui mette systématiquement en perspective ses écrits littéraires, ses textes journalistiques et ses photographies. Elle propose des analyses éclairantes sur les clichés souvent troublants de l’écrivain-photographe, et donne à lire une forme inédite d’autoreprésentation, en tension fructueuse entre autofiction et autobiographie.

 

La démarche chronologique, ponctuée de soixante photographies d'Hervé Guibert, permet de mesurer l’évolution de son travail depuis le roman-photo Suzanne et Louise (1980) jusqu’au film documentaire La Pudeur ou l’Impudeur (1992), en passant par ses derniers autoportraits. Les auteurs livrent ainsi toutes les clés pour apprécier et comprendre son œuvre, dévoilant un Guibert pluriel et homogène.

 

http://presses.univ-lyon2.fr/produit.php?id_produit=983

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vient de paraître : Photos de chevet, Olivia Bianchi, éditions furor, 2015

 

Objets de prédilection, les photos de chevet témoignent de la relation singulière entre des écrivains et des images photographiques qui les ont inéluctablement hantés. Roland Barthes, Hervé Guibert et Susan Sontag ont en commun d'avoir médité sur la photographie à partir de ces épiphanies blessantes et endeuillantes. En soutenant l'idée que la photographie est par nature asphyxiante, en vertu de ce surcroît de réalité qu'elle produit, cet essai remet en cause le qualificatif d'élixir de longue vie de la photographie.

 

 

http://www.editions-furor.ch/photos-de-chevet.html

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vient de paraître : L'univers d'intimité d'Hervé Guibert, Mana Naito, Editions L'Harmattan,  coll. Critiques littéraires, 2015.               

 

Cet essai propose une lecture attentive de l'ensemble de l'œuvre d'Hervé Guibert (romans, critiques, photographies, films), au travers des thèmes majeurs directement liés à son projet d'écriture que sont la mort, la maladie et les personnages. Il met au jour les voies cachées de l'écriture guibertienne dont la force émane du dévoilement de soi, mêlant le mensonge aux témoignages autobiographiques, et conduisant vers un espace où peut avoir lieu une rencontre atemporelle et privilégiée entre l'auteur et le lecteur.

 

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=46059

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Appel à communication - Les chambres à soi de Hervé Guibert : photobiographies de l'intime - 10-11 décembre 2015 - Université Paris 8

Hervé Guibert est un auteur prolifique, inclassable, sulfureux : romancier, scénariste, photographe, journaliste, il a su rompre avec audace le silence et puis la honte autour du SIDA. À soixante ans de sa naissance, le 14 décembre 1955, ce colloque souhaite aborder deux aspects de son œuvre qui sont intimement liés : l'écriture et la photographie. Un des objectifs du colloque est d'approfondir, à travers l'œuvre fictionnelle et photographique de Guibert la poétique de l'intime autofictionnel. À plusieurs titres Guibert était écrivain photographe de l'intime des chambres et des corps ; sa machine écriture vise à photographier l'instant du dévoilement, l'événement de l'image comme du mot et de la phrase. Comment se composent et disposent les rooms of one's own, cameras claires obscures d'Hervé Guibert ? Quels corps, personnages, spectres les hantent ou les traversent ? Quels genres y sont à l'œuvre photobiographique ?
Si l'écriture guibertienne est hantée (par exemple par celle d'un Thomas Bernhard qu'il a admiré et jalousé), et, de diverses façons, spectrale, elle a également attiré des lecteurs et, aussi, un certain nombre d'écritures, autant de lettres posthumes ; à travers la diversité des récits, des langues et des styles se déploie une poétique de l'intime fondée sur une contamination de réalité et fiction, sur la mise en scène et en mots du désir et de la sexualité. À ce titre seront invités des écrivains tels que Philippe Mezescaze, Arthur Dreyfus, Mathieu Simonet.
Ainsi, aujourd’hui, en 2015, deux générations au moins des chercheurs interrogent ses œuvres, ses leurres, ses secrets. Un certain nombre de publications ont vu le jour concernant à la fois la fiction, la biographie, la photographie.
Ce colloque, proposé et organisé par des membres du laboratoire LEGS (Laboratoire études de genre et sexualité) en collaboration avec d'autres équipes de recherche en Italie (Doctorat Littératures Étrangères, Université de Vérone), et en France (LIRE, Université de Saint-Etienne, ITEM, Paris) s'inscrit dans un de ses axes principaux de recherche à savoir dans l'axe politique, esthétique et poétique du corps, et cela à plusieurs titres puisqu'il vise l'analyse du processus fictionnel et imaginaire du corps, de la sexualité et du sexe. La matérialité, la corporéité ne sont pas uniquement les traits du corps biologique mais les effets d'un processus signifiant, littéraire et esthétique, qui métamorphose et déplace les termes de la construction socio-culturelle de genre. C'est justement dans les objectifs de ce colloque et des recherches qui lui sont rattachées d'approfondir les modalités et la complexité de ces dispositifs sur le plan littéraire et esthétique.
En particulier il s'agira de répondre à une série de questions qui portent directement sur les concepts de référence de cet axe de recherche : en quoi l'écriture de soi guibertienne résiste-t-elle au, ou relance-t-elle le genre? Peut-on affirmer que chaque écriture, chaque idiome fictionnel produit son dispositif de sexe/genre ? Comment peut-on parler d'invention du sexe, quelles sont les figures du sexe-fiction, du fantasme corporel sexuel ? Quelle est la part de la cruauté, du cru, en figures et en actes, dans l'autofiction (voir en particulier le journal) peut-on parler d'auto-cru-fiction du soi ?
Et enfin y-a-t-il une généalogie de l'intime ? On a souvent présenté l'œuvre de Guibert dans le contexte de la littérature qui a accompagné et suivi la propagation du SIDA (cf; colloque 2014 La littérature du SIDA alors et encore, 10 janvier 2014, à Vérone). Des générations d'artistes et écrivains engagés a mis en récit ces vies frappées par la maladie et la mort. L'ami qui ne m'a pas sauvé la vie (Guibert, 1990) a été et il est encore un livre de référence. D'autres écritures se sont pourtant levées parfois en continuation ou réponse. Il s'agit de les entendre, dans l'horizon d'une poétique autofictionnelle de l'intime.
Ce colloque sera l’occasion d'explorer et de mettre à l’épreuve, voire en péril, les notions de fiction, autobiographie ou photobiographie, et d'interroger la descendance littéraire et artistique de l'œuvre de Hervé Guibert aujourd'hui.

 

Modalités de soumission

 

Envoi d'un court résumé (entre 300 et 400mots) avec titre et bibliographie et d'une notice bibliographique, à nadia.setti@neuf.fr avant le 11 avril 2015. Les réponses seront communiquées le 16 mai 2015 au plus tard.

-----------------------------------------------------------------------------------------

 

Autobus et métro - Hervé Guibert/ Serge Roué

 

9 janvier à 20h00 Théâtre Sorano Théâtre & Lecture

 

CREATION !

 

Critique au Monde et coscénariste avec Patrice Chéreau de L’homme blessé en 1983, photographe de talent, Hervé Guibert, né à Paris en 1955, est l’auteur d’une œuvre littéraire amorcée par un roman retentissant La mort propagande publié par Régine Deforges, poursuivie par plusieurs récits remarqués aux Editions de Minuit (Les aventures singulières, Les chiens, L’image fantôme). 

 

À l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie le révèle en 1990 au grand public. L’homme au chapeau rouge et Cytomégalovirus paraissent quelques semaines après sa mort le 27 décembre 1991 des suites du sida. 

 

C’est le « piéton » Hervé Guibert qui se révèle dans ce spectacle littéraire, entre lecture, mise en voix et chansons, l’écrivain, cavalant jusqu’à l’épuisement de Paris à Rome ; observant les « aventures singulières » de passants sur l’Ile d’Elbe, à Berlin ou à Varsovie ; patientant, souvent seul, dans les restaurants, l’œil sans cesse aux aguets, le stylo et la machine à écrire jamais très loin.

 

 

Autobus et métro d’Hervé Guibert, d’après Le mausolée des amants (Gallimard, 2001) Textes choisis et mis en scène par Serge Roué Collaboration artistique Guillaume Poix Avec Yves Heck et Mathurin Voltz.

 

http://www.sorano-julesjulien.toulouse.fr/agenda/-/event/event/397770

-----------------------------------------------------------------------------------------

Forum des images

 

Le 7 janvier 2015 à 19 heures, dans le cadre d'un cycle de projections et rencontres sur le thème de la Contamination, aura lieu une conférence dans laquelle l'historien Philippe Artières analysera images et extraits de films à l'appui, l'évolution des regards et représentations en trente ans de pandémie. La séance sera suivie à 21h de la projection de La Pudeur et l'impudeur d'Hervé Guibert.

 

Adresse : Forum des Halles / 2, rue du Cinéma / 75045 Paris Cedex 01
 

http://www.forumdesimages.fr/les-rencontres/toutes-les-rencontres/conference-philippe-artieres#

 

-----------------------------------------------------------------------------------------

 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now