• facebook-square
  • Twitter Square

Enquête autour d’un portrait (Sur Balthus) (1997)

 

Paris, Les Autodidactes, 1997 (publication posthume)

 

Présentation : extrait de la préface d’Eric Chassey :

« Qu’on n’attende donc pas ici de texte définitif sur l’art de Balthus. On n’y trouvera guère de jugement de valeur, hormis, mais c’est déjà courageux sinon juste, une phrase sur ‘l’hideuse Montagne courbetienne’. Il ne s’agit pas non plus d’une appréciation proprement esthétique ou historique dont jusqu’à présent seuls Jean Clair et peut-être le peintre François Rouan, dans un article d’Art Press en 1993, ont été vraiment capables. Je ne m’essaierai pas non plus à faire ici l’historien d’art. C’est à lire Guibert que nous sommes conviés. Regarder Balthus viendra après – ou est déjà arrivé. »

Extrait :

« Avec superbe, le comte de Rola a fait savoir qu’il ne recevrait aucun journaliste. De notre temps, a-t-il dit, on ne recevait pas les journalistes à la maison. Il faut un certain courage pour soutenir une position aussi aristocratique. De leur côté, les Klossowski ont reçu des consignes de secret : ils se doivent d’attiser le mythe du peintre farouche, qui ne reproduit plus que son dos dans ses autoportraits et n’accueille chez lui que quelques grands de ce siècle [...]. »

Hervé Guibert, Enquête autour d’un portrait (Sur Balthus), Paris, Les Autodidactes, 1997, p.19.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now