• facebook-square
  • Twitter Square

Suzanne et Louise (1980)

 

Paris, éditions Libres Hallier, 1980. Réédité chez Gallimard en 2005.


Présentation :

« Suzanne et Louise fut l'un des tout premiers livres publiés par Hervé Guibert. Cet étonnant livre-objet que son auteur assimilait à un roman-photo associe, à chaque double page, un texte calligraphié et une photo. Texte et images sont consacrés à deux personnages hors normes qui donnent son titre à l'ouvrage, deux tantes de l'auteur, deux vieilles femmes seules, recluses, vivant dans un étrange hôtel particulier selon des rituels baroques d'une extrême complexité, à la limite de la folie. En contrepoint des images, le texte déroule un conte quelque peu sadique, mais qui reste pourtant très enfantin, presque naïf. »

Editions Gallimard

Hervé Guibert à propos de Suzanne et Louise :

« Tous les samedis, j'allais déposer dans leur boîte à lettres, un petit récit qui était le scénario de la séance que j'imaginais le lendemain. J'ai travaillé comme ça pendant 6 mois avec elles et après, quand je rentrais le dimanche après midi, pour doubler les photos, j'écrivais comme ça, dans mon journal, des notes mais sans penser que je les utiliserai plus tard. J'écrivais un peu leurs réactions à ce travail de la photo, et tout ça a pris forme à un moment. Et dans l'idée du roman photo, j'ai réutilisé les textes qui étaient dans le journal. »

Transcription d'un entretien radiophonique consacré à la publication de Suzanne et Louise, rediffusé sur France Culture, en décembre 2005, à l'occasion du 50ème anniversaire d'Hervé Guibert.


Extrait :

« Paris, le 12 août 1978.


Suzanne,


La lettre que je pourrais t'écrire pourrait être indécente : ce serait une lettre d'amour.
Il me semble que tu me parles, et que je te parle, que nous communiquons, bien mieux qu'avec des mots, à travers ces photos. Avec le même amour avec lequel je lave tes cheveux, épile ton menton, ou masse un de tes muscles endolori, mon rêve, bien sûr, serait de photographier ton corps.
N'aie jamais peur. Si tu devenais aveugle, je viendrais te lire des livres. Et quand tu te sentiras mourir, appelle-moi, je viendrai te serrer dans mes bras.
Je t'embrasse, très affectueusement : hervé. »

Suzanne et Louise, Paris, Gallimard, 2005, (livre non paginé).

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now